Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2011 7 13 /02 /février /2011 18:49

 

Nous remercions beaucoup Joris pour ce compte-rendu détaillé qu'il a écrit rapidement pour notre blog.

Jeff

 

Ce week-end avait lieu la Transjurassienne. Sa réputation, sa localisation et le format proposé m'avaient poussé à en faire un de mes objectifs de l'hiver. Malheureusement, le manque de neige généralisé cet hiver n'épargne pas le jura et c'est donc un parcours de repli situé entre la forêt du Massacre et Prémanon qui était proposé aux skieurs.

Le défi, pour moi, consistait à enchainer le 50kms du samedi en style classique et le 76kms du dimanche en style libre, ce qui porte un nom : l'Ultratrans. Mais les conditions de neige ne permettaient que la préparation d'une piste de 42kms, ramenée à 40kms la veille du départ, la même pour les 2 jours.

 

Jour 1

Comme attendu, il y a très peu de neige dans le Jura et c'est donc de la neige artificielle qui recouvre un petit périmètre d'herbe au lieu-dit "la Darbella" pour prendre le départ. C'est dans une ambiance de fin mars que nous essayons quelques farts d'accroche. Sans grande surprise, je recouvre mes skis d'une base de skar, recouvert de tubes violet (Rode +1°/-3°) avec quelques pointes de rouge (Start), finalisé par du multigrade (Rode -6°/+6°). Mes classements antérieurs me permettent de partir en ligne élite et c'est à 10h que plus de 900 skieurs s'élancent en direction du carrefour du Massacre en passant par la Frasse (pour les connaisseurs!) soit 6kms de montée pour démarrer : dur ‼ S'ensuivent 2 tours de la Combe à la Chèvre où alterne glace et neige brassée avant de redescendre vers la Darbella. Une succession de montées nous amène ensuite dans la vallée des Rennes puis à Prémanon où c'est à nouveau de la neige artificielle qui me permet de boucler ces 40kms en 2h03 à la 36ème place. Un "coup de moins bien" au 35ème km me fait perdre du temps précieux sur des concurrents directs pour le classement de l'Ultratrans, mais je parviens à retrouver des forces pour boucler les derniers hectomètres.

Après les habituelles congratulations et anecdotes de courses entre skieurs fatigués mais heureux d'en avoir fini, arrive le moment clé du week-end : la récupération, afin d'être à nouveau d'attaque pour le lendemain. Pour cela, il faut profiter des instants qui suivent immédiatement la fin de l'effort pour reconstituer les stocks de glycogène. Malgré le peu d'appétit, je me force à boire une boisson de récupération et à manger des aliments riches en glucides. Après quelques heures de repos, je vais faire une ½ heure de récupération en alternant footing et marche rapide. Je profite ensuite de la présence de Céline (kiné et membre du club) pour me faire masser les jambes et le dos. Je continue le processus de récupération sous la douche en alternant eau froide et eau chaude sur les cuisses, avant une bonne séance d'étirement terminée par les jambes au mur pour faciliter la circulation du sang.

Une bonne nuit de sommeil vient clôturer cette journée.

 

Jour 2

C'est un froid humide et un ciel voilé qui accueille les concurrents en ce dimanche matin sur le site de la Darbella. Les jambes semblent plutôt bien répondre, ce qui me rassure. C'est à 9h15 que je prends le départ en ligne 1, avec les skis à la main car il y a juste assez de neige pour que les coureurs en ligne élite aient les skis aux pieds. Ce qui a peu d'importance puisque le temps est pris lorsque les skieurs passent sous la cellule placée quelques mètres après le départ. Je démarre doucement, sur la même piste que la veille, et à ma grande satisfaction les sensations sont plutôt bonnes. J'essaye de trouver un rythme approprié, mais je me rends compte que j'aurai du mal à accélérer, d'autant plus qu'au bout d'une quinzaine de kms, les jambes recommencent à faire mal. La piste est encore plus glacée et brassée que la veille, rendant encore plus fatiguant le contrôle des skis. Au 30ème km, passage près du départ, nous nous retrouvons derrière une vague de concurrents qui vient de s'élancer. Pas mal de slalom, facilité par le fair-play des skieurs qui s'écartent lors de notre passage. Je me sens de mieux en mieux sur la fin de la course et j'en profite pour accélérer, et franchir la ligne d'arrivée en 72ème position en 1h51. Finalement, je fini moins fatigué que ce que j'attendais, la fatigue se fera sûrement sentir dans les jours suivant. Je suis plutôt satisfait de ces deux jours de course, même si j'aurais préféré skier sur le parcours habituel et que j'aurais aimé être plus en forme. Le classement de l'Ultratrans ne sera disponible que dans quelques jours, à suivre…

 

 

Partager cet article

Repost 0
Rédigé par Joris
commenter cet article

commentaires

weekend 15/02/2011 20:21


Félicitation! ça n'a pas du être facile!


Contactez-Nous !

  • : Le blog du Monolithe Ski de Fond
  • Le blog du Monolithe Ski de Fond
  • : Le site du club du Monolithe ski de fond à Sardières
  • Contact

Recherche

Inscription au club

Partenaires de la Trace

Ils nous supportent

http://monolitheskidefond.free.fr/trace/logos2014/Casarin.jpg

Infos du domaine skiable

Station météo de Bessans

Ils nous supportent